Pensées buissonnières

10 mars 2018

Mélange

Corps masculin sur sensibilité féminine

Respirant en un baiser l’haleine des fleurs et les embruns des vagues

Chair humaine constituée par les fruits de nos jardins et des lointains tropiques

Voyageant dans le vaste monde tout imprégné de temps anciens

Langue maternelle ouverte aux mots des pages et de l’air du temps

Porte ouverte aux images, aux sons, aux idées d’aujourd’hui et d’hier, d’ici et d’ailleurs

Rêvant la nuit d’êtres et de choses revisités à l’insu de la maîtrise

Allègement de l’obsession du Je par l’immersion joyeuse dans le tout du mélange

 

Posté par Christian Pastre à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2018

Vers le mieux

Certains misent tout sur la politique pour amender la société et les individus. D’autres considèrent qu’il faut que chaque individu progresse en sagesse pour que la société dans son ensemble en soit améliorée.

Pourquoi ne pas prendre le problème par les deux bouts ?

Posté par Christian Pastre à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2018

Quand la nature soupire d’aise

A l’abri de revêches buissons,

Des asperges dardent sauvagement leur tige gorgée de sève.

Elan de joie au-delà des piqûres de l’existence.

Irrésistible poussée, de l’hiver sombre à la lumière.

 

Alentour, sans souci de pudeur,

Des milliers d’êtres en feuilles et en bois

Proposent leur intimité apprêtée

Au désir bourdonnant des insectes à rayures.

Posté par Christian Pastre à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2018

Mots clés

Lucide et sceptique ; complexe et évolutif ; sincère et indulgent ; ferme et bienveillant.

Posté par Christian Pastre à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2018

Conversion du regard

Il n’est pas un lieu fréquenté par les touristes qui n’ait abandonné son authenticité pour s’adapter à l’idée que l’on s’y fait de ce que veulent voir les visiteurs. La boutique à souvenirs y remplace les humbles objets du quotidien par des bibelots flambant neuf.

D’un autre côté, le tourisme nous incite à mettre en valeur les traces de notre passé, à les proposer au monde. Il met à notre portée des trésors qui, dans les moindres recoins de la Terre, étaient autrefois réservés à une élite d’aventuriers et d’explorateurs.

Il nous reste à apprendre à déceler l’authentique sous la couche de clinquant, à faire un pas de côté pour nous éloigner de la masse, à affûter notre regard pour déceler le pittoresque hors des sentiers battus. Tout reste à découvrir. Un accent qui se perd, les restes d’une coutume locale, un amandier en fleur dépassant d’un mur de pierre sèche, une bouchée de saveurs sur un marché de plein vent.

Même devant un chef-d’œuvre du passé trop fréquenté, il suffit de prendre le temps, laisser passer le flux, regarder en détail, revenir, s’imprégner singulièrement. Est-il besoin de tout voir ?

Posté par Christian Pastre à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2018

Nouvelles vagues

Lorsque les moyens d’information ne sont pas suffisants pour mettre au jour les faits avec précision, dans les temps anciens chez nous ou encore actuellement dans les pays pauvres, des vagues de rumeurs submergent les esprits. Les émotions déclenchées par ces déferlantes sèment le discrédit sur leur passage. Elles peuvent aller jusqu’à susciter des lynchages et des massacres.

Dans le monde moderne, celui du progrès technique, la concurrence entre les médias et les réseaux sociaux favorise le déferlement des rumeurs à une échelle incomparablement plus nocive que celle des rumeurs d’antan. La justice est bien seule et bien isolée pour faire barrage à ce flot d’irrationnel.

Posté par Christian Pastre à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2018

Au bal des ego

La médiamanie multiplie les occasions offertes aux ego de compenser leur insignifiance. L’avocat se fait un nom en salissant à grand bruit la victime, le timide vitupère contre le pour sur la toile, le politique s’oppose à grand fracas, en tonitruant aussi bruyamment qu’il approuvait hier et qu’il encensera demain.

Les ego, prêts à tout pour jouir de l’éclairage fugitif d’un moment de notoriété, se servent de la cause qu’ils croient servir pour se presser au devant de la scène, sur la photo, en haut de l’affiche, dans le poste, au centre de l’écran.

C’est la pulsion de vie qui s’exacerbe, le désir qui fait entendre ses éclats de voix amplifiés par les ondes et les circuits électriques.

De grâce parents, amis, amants, voisins, prêtez plus d’attention à vos proches !  Qu’ils trouvent un autre moyen pour s’affirmer que de nous assourdir !

C’est un ego qui vous le dit.

Posté par Christian Pastre à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2018

Amour vrai

Pascal prétend que nous n’aimons que des qualités secondaires, pas l’essentiel de l’être aimé. L’amour véritable n’irait qu’à Dieu. Enlevons Dieu qui n’a pas besoin de notre amour, il nous reste une lumière vacillante qui éclaire et réchauffe un autrui changeant. Comme un reflet de lumière divine ?

Posté par Christian Pastre à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 février 2018

Du calme !

Ce matin, dans la pâleur bleue du jour naissant, la lune s’attarde. Elle n’a cure de l’information continue, de la frénésie des réseaux sociaux, de la bousculade des fake news. Elle semble nous dire : je suis née il y a bien longtemps et quand je mourrai, vous aurez disparu depuis des  millions d’années…

Posté par Christian Pastre à 08:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Quand viendra l’heure

J’aimerais que la mort vienne me chercher dans mon lit, en marchant sur la pointe des pieds pour ne pas me réveiller.

Posté par Christian Pastre à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]