Marcher sur ses deux jambes

De l’Antiquité jusqu’au siècle des Lumières, le humains ont considéré que le bonheur était lié à la sagesse, qu’il dépendait plus de la vie intérieure que des conditions extérieures.

Les Lumières, le marxisme, le libéralisme ont orienté la recherche du bonheur vers l’extérieur, la société, les conditions matérielles. Depuis nous marchons sur une seule jambe à la recherche du bonheur. Nous oublions que sans la sagesse pour limiter nos désirs et nos craintes, aucune société, aucune condition matérielle ne peut nous garantir le bonheur. Pire encore, sans la sagesse les individus n’ont pas la force de limiter leurs désirs pour accéder à une société plus juste.