Les belles et la bête

Ce qui nous trouble chez les femmes, c’est qu’elles ont un visage d’ange sur un corps où la nature affleure. Proximité du regard, de la beauté, de l’intelligence et du corps sexué. Ce mélange, dont elles jouent plus ou moins selon leur tempérament, trouve un écho profond dans l’ambivalence masculine. L’homme n’est ni ange ni bête…