L’ère du soupçon

Quand on a passé le réel à la moulinette de la lutte des classes, de la guerre des sexes, de la déconstruction, de la suspicion généralisée, sans donner la moindre chance à la complexité et à la dialectique, que reste-t-il comme liberté d’adhésion, de désintéressement, de gratitude à l’égard de la vie ?