27 décembre 2017

Pauvres Ego ! Chacun éprouve le sentiment de receler en lui une richesse qui n’est pas reconnue à sa juste valeur. Mais de celui qui tente, sans succès, d’exposer sa singularité, on dit au village : Celui-là, il est trop fort pour rester ici et pas assez pour aller ailleurs !
Posté par Christian Pastre à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2017

Force du souffle médian Comme deux flammes réunies et mises à l’abri sous cloche de verre, l’amour entre deux êtres peut s’étioler par manque de manque.
Posté par Christian Pastre à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2017

L’ère du soupçon Quand on a passé le réel à la moulinette de la lutte des classes, de la guerre des sexes, de la déconstruction, de la suspicion généralisée, sans donner la moindre chance à la complexité et à la dialectique, que reste-t-il comme liberté d’adhésion, de désintéressement, de gratitude à l’égard de la vie ?
Posté par Christian Pastre à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2017

Chut ! Il nous reste à déconstruire la déconstruction, et nous aurons bâti l’édifice du silence.
Posté par Christian Pastre à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Stratégie L’amour nous pose un vrai problème. Faut-il capituler devant l’embrasement des hormones ou faut-il attendre, pour s’engager, que notre partenaire apparaisse tel qu’il est ? Problème difficile à résoudre dans le feu de la passion. Un peu plus de circonspection et un peu moins de romantisme nous épargneraient bien des retraites en rase campagne. Mais il est si bon de s’emballer !  
Posté par Christian Pastre à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2017

Pas si bêtes ! Je me suis rendu en forêt pour écouter les oiseaux chanter. Je suis rentré bredouille. Ils sont restés silencieux. Pour ne pas me déranger pendant que j’écoutais ?
Posté par Christian Pastre à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2017

La passion du plus En désignant la lutte des classes, le marxisme dénonce l’effet et ignore la cause qui prospère en chacun de nous. Une société où l’on apprendrait aux enfants à être contents de ce qu’ils ont serait une société plus juste.
Posté par Christian Pastre à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Gaspillage Quand nous marchons sur le trottoir en consultant longuement notre smart phone, rien ne nous intéresse au-delà des faits et gestes de cette extension de nous-mêmes que sont nos interlocuteurs... Fermés à l’altérité, nous passons à côté d’une fleur qui s’évertue à percer le trottoir, d’un oiseau qui s’applique à faire entendre son chant en dépit des bruits de circulation. Passant en aveugles à côté de la beauté du monde, nous l’annihilons, elle qui n’existe que par notre regard.
Posté par Christian Pastre à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2017

Notre nouvelle religion Quand un incroyant déclare que, lui aussi, il serait capable de peindre une toile entière en noir, il y a toujours un prêtre de la nouvelle religion pour lui démontrer qu’il n’est qu’un ignorant et un mécréant. Que ce sont les reflets de la lumière sur la matière de la peinture noire qui font toute la différence. Et c’est vrai... Mais, une fois qu’on a reconnu cela, une fois qu’on a admis que c’est une belle trouvaille esthétique, est-on obligé de se prosterner ad vitam aeternam devant ce nouvel autel, au... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2017

Des causes Dans l’enchaînement des causes, chacun s’arrête à celles qui conviennent à son propre schéma de pensée. Pour nous rassurer et expliquer le monde, nous sélectionnons les causes sur lesquelles nous fondons notre appréhension du réel. Ce faisant, nous occultons toutes les autres causes qui concourent à le faire exister. Nous préférons évacuer la complexité pour enterrer au plus vite le problème posé par la compréhension des phénomènes. Ceci vaut pour les causes collectives comme pour la connaissance de soi nécessaire à la... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]