15 décembre 2017

Pas si bêtes ! Je me suis rendu en forêt pour écouter les oiseaux chanter. Je suis rentré bredouille. Ils sont restés silencieux. Pour ne pas me déranger pendant que j’écoutais ?
Posté par Christian Pastre à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2017

La passion du plus En désignant la lutte des classes, le marxisme dénonce l’effet et ignore la cause qui prospère en chacun de nous. Une société où l’on apprendrait aux enfants à être contents de ce qu’ils ont serait une société plus juste.
Posté par Christian Pastre à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2017

Gaspillage Quand nous marchons sur le trottoir en consultant longuement notre smart phone, rien ne nous intéresse au-delà des faits et gestes de cette extension de nous-mêmes que sont nos interlocuteurs... Fermés à l’altérité, nous passons à côté d’une fleur qui s’évertue à percer le trottoir, d’un oiseau qui s’applique à faire entendre son chant en dépit des bruits de circulation. Passant en aveugles à côté de la beauté du monde, nous l’annihilons, elle qui n’existe que par notre regard.
Posté par Christian Pastre à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2017

Notre nouvelle religion Quand un incroyant déclare que, lui aussi, il serait capable de peindre une toile entière en noir, il y a toujours un prêtre de la nouvelle religion pour lui démontrer qu’il n’est qu’un ignorant et un mécréant. Que ce sont les reflets de la lumière sur la matière de la peinture noire qui font toute la différence. Et c’est vrai... Mais, une fois qu’on a reconnu cela, une fois qu’on a admis que c’est une belle trouvaille esthétique, est-on obligé de se prosterner ad vitam aeternam devant ce nouvel autel, au... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2017

Des causes Dans l’enchaînement des causes, chacun s’arrête à celles qui conviennent à son propre schéma de pensée. Pour nous rassurer et expliquer le monde, nous sélectionnons les causes sur lesquelles nous fondons notre appréhension du réel. Ce faisant, nous occultons toutes les autres causes qui concourent à le faire exister. Nous préférons évacuer la complexité pour enterrer au plus vite le problème posé par la compréhension des phénomènes. Ceci vaut pour les causes collectives comme pour la connaissance de soi nécessaire à la... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2017

Sacré bonheur ! Le christianisme avait installé le bonheur dans le ciel. Mais il s’y ennuyait.
Posté par Christian Pastre à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

Naturel Pas un jour sans que les « informations » accusent l’ordre naturel de la vie. Aux inondations, aux tempêtes de vent de mer ou de neige, aux avalanches et au gel, succèdent les printemps trop précoces et les canicules désastreuses. Quand règlerons-nous enfin la nature selon nos vœux ? Mais que deviendrions-nous, privés du principal objet de nos plaintes ?
Posté par Christian Pastre à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2017

La liberté du poisson dans l’aquarium Mon poisson rouge, comme il voit toute la pièce à travers sa vitre, croit qu’il se déplace librement dans l’espace entier de mon salon. Nous ne voyons pas que nous sommes déterminés à penser ce que nous pensons et à vouloir ce que nous voulons par notre temps, notre éducation, notre culture, notre passé, le dosage de nos hormones. Nous ne percevons pas la vitre de notre aquarium parce qu’elle est à l’intérieur de nous. Mais le poisson, lui au moins, il ne fait pas le malin…
Posté par Christian Pastre à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2017

Sous les projecteurs Nous ajoutons sans cesse des commentaires au réel et les écrans les démultiplient à l’infini. Une logorrhée assourdissante qui fait de l’ombre à ce qu’elle prétend éclairer.
Posté par Christian Pastre à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2017

Que fait-on quand on fait l’amour ? Faire l’amour avec amour nous emporte et nous comble à la fois. Le désir, tant qu’il n’est pas assouvi, se sublime en élan amoureux. Pour répondre à cet élan, les corps se rapprochent. Leur contact intime déclenche des sensations accompagnées d’émotions intenses qui renforcent le sentiment amoureux. Cet élan nous conduit à nous abandonner au partage des jouissances les plus profondes. Le sentiment sublimé retourne ainsi à la source physique du désir. Un cercle vertueux qui nous relie et nous... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]