17 mai 2017

La foi en l’humain   Croire en Dieu ? J’ai tout essayé... Je me suis imprégné, tour à tour, de tous les récits sacrés et de tous les mythes. J’ai tenté de croire qu’il y a quelqu’un au-delà du Tout. Je me suis efforcé, en vain, de penser que ce qui n’apparaît nulle part et est indémontrable existe malgré tout. Je me suis alors résolu à fonder ma morale sur la raison, l’empathie et l’éducation. Bases humaines, trop humaines même, mais pour moi les seules ressources dont nous disposons pour bien vivre avec les autres.
Posté par Christian Pastre à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2017

Pardon, Platon ! Il y a bien un monde des idées, mais il ne se situe pas dans un au-delà éternel et divin. Il est inclus dans la culture humaine. Dans les esprits, dans les livres et les supports électroniques, dans le langage. Parmi les humains, entre eux et en eux. Il y a interpénétration des idées et du sensible dont le centre, le lieu de naissance et de vie, est le cerveau. Il nous reste la joie éprouvée à l’exercice de la pensée, les possibilités infinies de création de l’esprit humain et le dialogue fondé autant que... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2017

Chut ! La société est si bruyante qu’elle empêche d’entendre le chant des étoiles.
Posté par Christian Pastre à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2017

La vie continue ! Longuement s’imprégner de la présence d’un autre désiré. S’élever ensemble dans les regards, les souffles, les paroles, les caresses, les peaux jointes. S’immerger corps et âme dans les plis de nos êtres. Du sacré distillé dans la chair de l’instant.
Posté par Christian Pastre à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2017

L’homme est le berger des mots Tout est dans les mots, depuis les étiquettes que nous collons sur les choses jusqu’aux idées qui président à la construction des mairies, des églises, des mosquées, des gratte-ciel. Nos mots ont le pouvoir d’évoquer la poésie du monde comme de déclencher des massacres. D’où la nécessité de bien les peser. 
Posté par Christian Pastre à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2017

Condamnés à choisir ? En politique comme en tout domaine nous n’avons jamais le choix entre deux absolus mais entre deux solutions imparfaites. Quand on a conscience d’un danger, ne pas choisir entre le moindre mal et le pire, revient à accepter l’éventualité du pire. Refuser de prendre parti c’est, par intransigeance, se rendre objectivement complice du pire. Encore faut-il le savoir et l’assumer…
Posté par Christian Pastre à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2017

Radicalité ou pragmatisme L’idéologie est la logique d’une idée. Elle nous séduit par sa simplicité et sa cohérence. Elle se donne pour tâche de s’imposer au réel qui, lui, est complexe et changeant. La radicalité consiste à vouloir réaliser une idéologie sans tenir compte des résistances du réel, des mentalités, des structures économiques et sociales. Lorsqu’une idéologie correspond à nos désirs profonds ou à ce que nous croyons être notre intérêt, nous nous y attachons avec toute la force de notre croyance comme à une foi... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2017

Liberté, liberté chérie ! Nous sommes poussés à agir comme nous le faisons par nos gènes, par nos hormones, par notre culture, par notre époque, par nos relations, par nos anciens choix... Et si notre liberté n’était que le nom que nous donnons à la façon singulière dont nous sommes déterminés ? Nous ne ferions pas tant les malins avec nos je, je, je, je, je !
Posté par Christian Pastre à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2017

Méfiance Le problème avec la démocratie : en flattant une minorité mécontente et en se servant d’une majorité indifférente, un démagogue peut obtenir un mandat pour la vider de sa substance.
Posté par Christian Pastre à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2017

Priorité Qui oserait se présenter devant les autres en affirmant : moi d’abord ? On sait bien qu’il y a en nous une part irréductible d’égoïsme. Inutile de le proclamer haut et fort. Pourquoi ce qu’on aurait honte d’affirmer en tant qu’individu deviendrait-il légitime quand on le dit au nom d’un peuple ? Plutôt qu’America first ! ou la France d‘abord ! pourquoi ne pas entonner : nous d’abord ? Nous les humains, les animaux, la nature. Nous et les autres d’abord ! Respect pour nous, respect pour... [Lire la suite]
Posté par Christian Pastre à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]