Le jour d’Eros

Parmi les nombreuses journées instituées, aucune ne me paraîtrait aussi utile que la journée de l’amour. Un jour par an, chacun serait libre de se consacrer entièrement à une personne de son choix. La demande en aurait été faite dans le cours de l’année. Me réserveriez-vous la prochaine journée de l’amour ?

Ainsi, les solitaires profiteraient de la fréquentation d’un partenaire au moins un jour par an, et les personnes en couple découvriraient des plaisirs extraconjugaux dont ils fantasment sans oser l’avouer.

À l’issue de cette parenthèse, comme au lendemain des anciens carnavals, la vie reprendrait son cours. Certains se féliciteraient de leur chance de retrouver leur partenaire, d’autres se persuaderaient de la nécessité de consentir des efforts pour conserver le leur, d’autres encore se rendraient à l’évidence.

Quand cette journée serait entrée dans les mœurs, que nous aurions appris à échanger du plaisir sans nous emballer, bien des tensions et des frustrations seraient évacuées. J’imagine une société plus sereine où nous prendrions régulièrement conscience que nous ne possédons personne.